La multigestion au service d’une approche thématique optimale et innovante

Olivier Jezequel, Gérant de portefeuille en charge de la multigestion chez Fourpoints IM nous livre son approche et ses convictions pour offrir une solution de gestion compréhensible et performante pour nos clients investisseurs.

Convaincus que la complexité des produits financiers a éloigné les investisseurs des marchés ces dernières années, nous pensons qu’il est temps de réconcilier l’investissement financier avec notre quotidien. C’est la raison pour laquelle nous considérons que l’approche thématique est un axe pertinent pour tenter de résoudre cette équation.

 

Quels sont les critères clés que vous regardez lorsque vous investissez dans ces différentes thématiques/secteurs ?

Notre analyse se concentre sur le caractère indiscutable de cette thématique et de son intérêt pour ces 10 prochaines années. Cela nous permet d’intégrer un facteur supplémentaire de performance « structurelle » dans un environnement où la croissance économique est entrée dans un cycle beaucoup moins porteur.

Nous nous concentrons ensuite sur l’univers investissable qui doit proposer une profondeur de marché, que ce soit au niveau géographique, au niveau des tailles de capitalisation et des types de secteurs ou clusters que peuvent offrir cette thématique.

Nous souhaitons ainsi éviter les thématiques « de niche » qui du fait de leurs univers d’investissement restreint, ôtent de la pertinence à la sélection faite par les équipes de gestion, quelle que soit la qualité de leur travail d’analyse.

Enfin le niveau de valorisation des sociétés composant l’univers est également un élément déterminant. Certaines thématiques nous paraissent parfois temporairement surjouées, comme les biotech ou la robotique il y a quelques années, alors que d’autres se retrouvent à l’inverse délaissées. Il y a donc un travail important à faire sur l’allocation au sein des différentes stratégies sélectionnées et sur la diversification des risques auxquels elles sont exposées.

Pour illustrer votre approche, pouvez-vous nous citer les dernières thématiques qui ont attiré votre attention ?

Smart materials : L’industrie est en pleine mutation et il est opportun de se positionner sur les secteurs qui vont le plus en bénéficier. Dans cette thématique des «matériaux/services  intelligents », nous pouvons citer les nouveaux matériaux qui permettent de réduire le poids des véhicules, les plastiques biodégradables ou encore les logiciels qui permettent d’optimiser la chaine de production.

Nutrition : Aujourd’hui plus de la moitié de ce que nous produisons comme nourriture n’est pas consommé. Ces pertes sont liées à l’inefficience des techniques de récolte, à des problèmes de logistique ou encore au gaspillage de la distribution et des consommateurs. Il nous parait donc fondamental d’investir dans les technologies qui permettent d’améliorer la chaine de production ou d’acheminement, et dans les entreprises focalisées sur l’amélioration de la qualité nutritive de ce que nous retrouvons dans nos assiettes.

Oncology : Au cours des prochaines décennies, le cancer continuera de toucher de plus en plus de personnes dans le monde. Heureusement la recherche progresse très vite depuis quelques années notamment  grâce au big data, à l’intelligence artificielle, à l’amélioration du dépistage, à la chirurgie assistée par les robots et aux nouvelles thérapies développées par les sociétés de biotechnologie. C’est un marché qui va continuer d’évoluer de manière importante dans les prochaines années.

Water : La quantité d’eau utilisable (seulement 0,25% de l’eau présente sur Terre) est limitée alors que la population mondiale ne cesse de croitre. Les investissements dans les technologies permettant de réduire la consommation d’eau, de limiter la déperdition lors de l’acheminement et d’améliorer le traitement des eaux usées seront massifs au cours de la prochaine décennie.

Quelle est finalement la part donnée aux critères ESG dans votre sélection de fonds ?

Notre analyse se porte sur 2 niveaux.

Tout d’abord, nous sommes persuadés que les gestions qui privilégient les entreprises ayant une bonne note ESG auront de meilleures performances sur le long terme. Ce sont d’ailleurs les sociétés avec la meilleure Gouvernance qui ont été légitimement les « chouchous » des stock pickers dès la fin des années 90 ; les critères Environnementaux et Sociétaux sont, désormais, eux aussi des moteurs d’alpha pour les gérants qui s’appuient sur une analyse de qualité. Nous passons du temps pour bien comprendre les bases sur lesquelles est construite l’approche ESG et ainsi apprécier comment les équipes vont intégrer les critères ESG dans leur processus de gestion.

Pour les approches plus sectorielles, nous accordons également beaucoup d’importance à la pureté du fonds, par exemple en regardant la part du chiffre d’affaires réalisée dans la thématique par rapport au chiffre d’affaire total des sociétés en portefeuille.

Le second niveau d’analyse se situe au niveau de la société de gestion elle-même. En effet, nous apprécions les sociétés avec un positionnement crédible sur l’ESG tout comme celles qui appliquent en interne les mêmes disciplines ESG que celles qu’elles prônent pour leur gestion (rémunération des salariés, tarification de la gestion, redistribution, existence d’une fondation …). Un autre critère important est l’accès à l’information. Nous privilégions ainsi les gestions très transparentes sur leurs process et leurs choix d’investissements et fuyons les gérants qui cherchent à entretenir un certain « secret » sur leur portefeuille et leur approche.

Les actions sont-elles le meilleur vecteur pour investir sur les thématiques que vous avez citées ?

Oui, principalement pour deux raisons. Premièrement, en toute logique, si une thématique est porteuse, le meilleur moyen d’en profiter est d’être investi sur les sociétés dont les profits futurs vont en bénéficier. Les actions sont donc le vecteur logique et naturel de ces thématiques.

Deuxièmement, même s’il est possible de jouer les thématiques avec d’autres classes d’actifs comme les obligations, l’univers des fonds qui intègrent ces approches est encore aujourd’hui très restreint.

 

Article achevé de rédiger le 10 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

ec015e2014
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php
9e16c6db66
76300
1
Accepter
Refuser
http://google.ca
1

Les pages du site contiennent des informations sur différents produits ou services financiers soumis à la réglementation française. L’accès aux produits et services présentés sur ce site peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays et aucun des produits et services ne peut être proposé par FOURPOINTS Investment Managers à une personne si la loi de son pays d’origine ou de tout autre pays, qui lui serait applicable ou s’appliquerait au produit et au service, l’interdit. Il appartient à l’internaute, sous sa seule responsabilité, de s’assurer préalablement qu’il est juridiquement autorisé à se connecter au présent site et/ou à souscrire à un produit ou un service, dans le pays dont il est résident. Les utilisateurs ont l’entière responsabilité d’observer toutes les lois et/ou réglementations localement en vigueur.

Les informations mises à disposition par ce site ne constituent en aucun cas une offre, une recommandation personnalisée ou une sollicitation à souscrire à l’un quelconque des produits ou services présentés. Ces informations n’ont aucune valeur contractuelle et ne doivent pas être considérées comme exhaustives ou exemptes d’erreurs accidentelles.

Aucun investissement ne doit être réalisé sans avoir préalablement lu le prospectus et porté attention aux rubriques relatives aux risques et conditions d’investissement.

L’information diffusée sur ce site ne dispense pas chaque utilisateur de ce site de vérifier l’adéquation des produits proposés avec sa situation financière et patrimoniale et avec ses objectifs de gestion avant toute souscription, et de s’assurer des conséquences fiscales de son investissement.

L’attention du lecteur est attirée sur le fait que les chiffres cités ont trait aux années écoulées et que les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Accepter Refuser